we only part to meet again - raphaël.
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
#LIONKING Ϟ Trop féroce pour toi
Juan Peña-Rojas
#LIONKING Ϟ Trop féroce pour toi

avatar
Arrivée : 26/04/2017 P'tits mots : 14 Ϟ ma team a gagné : 60



Voir le profil de l'utilisateur
we only part to meet again - raphaël. ϟ 11.09.17 14:12


we only part to meet again
Raphaël & Juan
 C’est marrant comme les lendemains de cuite je me trouve une passion étrange pour les plafonds. J’admets que ce n’est pas une passion commune – quoique, j’en connais beaucoup qui fixent les plafonds sans aucune raison et c’est encore pire que de le faire parce qu’on a juste la flemme de sortir du lit pour se préparer à sortir. Et d’ailleurs, je dois très certainement battre des records en ce qui concerne la flemme puisque je suis réveillé depuis près de quatorze heures et qu’il est bientôt dix-sept heures ; et je n’ai toujours fait aucun mouvement pour me sortir de ma léthargie. Pourtant je sais qu’il le faut. C’est obligatoire même. Pas parce que rester au lit me dérange en soit, mais simplement parce que j’ai rendez-vous chez le psy – mon premier en France – et je connais bien trop l’importance de ces séances, même si j’y passe beaucoup de temps  à dire et faire n’importe quoi dans le seul et unique but de retarder le moment où je dois déballer toute ma vie et mes emmerdes. Ouais je suis un comique par défaut. C’est triste. Je suis triste… Bon peut-être pas tant que ça, mais ça m’arrive comme tout le monde je suppose. Personne n’est infaillible et moi encore moins.

La sonnerie de rappel de mon portable me tire de mes rêveries et cette fois-ci, je sais que je n’ai plus le droit de faire le mort, même si c’est cool. Alors je retire la couverture qui me recouvre et je peste contre les températures si froides de la France – le Mexique me manque, le soleil me manque… Ils n’ont pas payé l’abonnement au soleil ou quoi dans ce pays bizarre ? Putain, fait chier ! Je file jusqu’à la salle de bain où je vire mon boxer et me fout sous la douche. L’eau chaude me fait toujours du bien mais ça me donne encore plus envie de dormir, c’est trop con… Je pourrais juste fermer les yeux et dormir debout mais c’est pas une bonne idée alors je me grouille comme je peux, je me lave, me rince et sort de la cabine avec empressement – et évidemment je manque de me claquer la gueule sur le carrelage. Qui est le tordu qui a décidé que le carrelage c’était cool dans une salle d’eau ? Bande de malades…

Je vous passe les détails de moi qui m’habille et moi qui galère dans le métro… Encore une invention du diable cette connerie… Il faut que je pense à m’acheter une voiture. Je le note dans mon portable. Ouais je note tout dans mon portable sinon j’y pense plus et je me retrouve encore comme un con. Comme maintenant où je cherche la bonne rue. Putain… Marre de cette journée. Mais en fait je la trouve juste au moment où je peste comme un gogole dans ma langue natale. Ha Ha Ha ! Les gens ils ont peur. Je me retrouve devant la porte et là encore je galère. Je la pousse, la pousse encore, la pousse toujours mais elle s’ouvre pas. Mais en fait c’est normal parce qu’il fallait tirer. Ça va chacun ses difficultés dans la vie…

J’entre et me retrouve dans un endroit plutôt agréable. Les lumières n’agressent pas les yeux et y a pas de tableaux moches et pourris aux murs, c’est plutôt sobre, j’aime bien. Je m’avance vers la secrétaire et lui balance dans un français parfait, bien que teinté par mon accent ; « bonjour j’ai rendez-vous avec le Dr Da Costa », la demoiselle me regarde, me sourit poliment et me rétorque « bonsoir »  et « blabla patientez dans la salle d’attente ». Moi je ne retiens que le bonsoir. J’ai dis bonjour. Elle me dit bonsoir. Genre. Il faut toujours qu’ils fassent ça les français, vous faire comprendre poliment que vous êtes dans le faux. Mais fuck. C’est même pas le soir, puta. Je soupire en allant m’asseoir dans la salle d’attente et je chope mon portable en l’insultant mentalement parce qu’elle, je l’aime déjà pas. Façon j’aime personne. Ça règle facilement le problème. En fait j’ai pas tant besoin de psy, je suis doué avec moi-même et mes pensées absurdes. Il faudra que je lui dise au Dr Da Costa. Ou pas.

Revenir en haut Aller en bas
#PANDAFAMILY Ϟ tu peux pas test
Raphaël Da Costa
#PANDAFAMILY Ϟ tu peux pas test

avatar
Arrivée : 06/05/2017 P'tits mots : 135 Ϟ âge : 32
Ϟ ma team a gagné : 80



Voir le profil de l'utilisateur
Re: we only part to meet again - raphaël. ϟ 18.09.17 19:15


we only part to meet again
Raphaël & Juan
J'avais enchaîné les rendez-vous toute la journée avec l'étrange impression que ça ne finirait jamais. L'avantage de faire un métier qu'on aime c'est que ces rendez-vous passent plutôt vite. C'est l'attente entre les deux qui m'est dure à gérer, les temps-mort, l'attente. Je suis au boulot, je me dois techniquement de rester sobre, mais attendre sobre, c'est difficile. A chaque fois qu'un client ferme la porte derrière lui, je ne peux m'empêcher de jeter un œil vers l'horloge, anxieux, un de plus... La pause déjeuné est la pire, quand j'ai peu de temps, quand je ne peux pas aller manger un morceau chez moi ou dans la brasserie du coin. Une pause déjeuné comme aujourd'hui... Les yeux rivés sur mon sandwich posé sur mon bureau, j'ai l'estomac noué. Rien n'y entrera. Je soupire et remballe mon repas avant d'ouvrir un tiroir dans le quel je garde toujours un paquet de cigarette. Entre autre. J'essai de ne pas prêter attention au reste. Clope au bec je me dirige vers la fenêtre, c'est une porte vitrée qui donne sur une petite terrasse. J'ai toujours rêvé de l'aménager pour y faire mes séances dehors quand il fait chaud. Je fume cette cigarette en moins de trois minutes et balance le mégot par le balcon. Je rentre et tourne en rond un moment dans mon bureau. L'heure passe enfin et j’enchaîne mes rendez-vous de l'après-midi.

Entre deux patients, je craque. Le tic tac de mon horloge est en train de me rendre fou. La dernière session particulièrement lourde avait eu raison de mon self contrôle. J'ouvre mon tiroir et cette fois si j'en sors une petite flasque, je la débouche et avale rapidement deux bonnes gorgées. Enfin, tout se calme là haut. Comme si mon cerveau était froissé depuis ce matin et qu'il se détendait enfin. Je ferme les yeux un instant et savoure cette sensation. J'essai de faire taire ma conscience qui me hurle espèce d'abruti, change de boulot t'en encore plus fêlé que tes clients.   un ricanement m'échappe à cette pensée et pour faire un pied de nez encore plus majestueux à ma conscience. J'attrape un petit sachet blanc qui traîne, planqué derrière les cigarette, la flasque, et quelques autres bricoles sans importance. Minutieusement je dépose une infime quantité de cette substance sur l'ongle de mon pour, veillant à ce que rien ne tombe, et ni une ni deux, j'envois tout ça dans mon nez en inspirant fortement. Je ressent alors l'envie de crier me soulagement. Me voilà à nouveau, frais, dispo pour affronter la suite. C'est malheureux, mais j'ai besoin de ces choses pour fonctionner, j'ai beau lutter, chaque jour elles sont un peu plus vitales. Bref, maintenant que t'as fait ta connerie tu peux retourner bosser...

Je me lève alors avec énergie et sors de mon bureau pour appeler le patient suivant. C'est un nouveau. J'aime les premiers rendez-vous, la première prise de contact est primordiale, c'est toujours quelque chose de délicat, mais c'est ce qui fait la beauté du métier. Je me racle la gorge et jette un oeil à son dossier afin de l'appeler par son nom... En voyant alors l'orthographe, je marque une pause, craignant d'en massacrer la prononciation, je me contente de l'appeler par son prénom, priant pour que cela suffise à ce qu'il se reconnaisse. « Juan? » Quand je vois le jeune homme se lever et marcher dans ma direction. Je me décompose. Ce visage m'est bien trop familier, et au fur et à mesure ou il s'approche, cela se confirme, nous nous sommes déjà rencontré. A là vu de tous, je fais mine de rien l'invite à entrer dans le cabinet. Je ferme la porte derrière moi et me dirige vers les fauteuils près de la fenêtre. C'est le lieu le plus agréable de cette pièce, parfaitement éclairé. Je prend place sur mon fauteuil en silence et sans trop savoir quoi faire, je porte une main sur mon visage, me frottant la barbe et essayant de dissimuler au mieux le sourire incontestable qui se dessinait sur mes lèvres. Comme j'étais mal à l'aise. J'osais à peine le regarder dans les yeux et je savais pertinemment que si j'ouvrais la bouche pour dire quoi que se soit, je risquais d'éclater de rire, un vrai fou rire, nerveux. Je reste con un moment puis je finis par souffler un coup. Je lance alors un inutile - « Ok j'avais du tout prévu ça...  »

- - -


FUCK OFF

Revenir en haut Aller en bas
#LIONKING Ϟ Trop féroce pour toi
Juan Peña-Rojas
#LIONKING Ϟ Trop féroce pour toi

avatar
Arrivée : 26/04/2017 P'tits mots : 14 Ϟ ma team a gagné : 60



Voir le profil de l'utilisateur
Re: we only part to meet again - raphaël. ϟ 18.09.17 23:18


we only part to meet again
Raphaël & Juan
 J’aime pas attendre.
Genre c’est l’information du siècle alors que pas du tout puisque je n’ai jamais eu assez de patience pour attendre calmement quelque part. Je suis plus le genre à faire n’importe quoi, à m’affaler par terre ou sur un canapé en faisant le con mais comme je n’ai pas de public actuellement, je me dis que je n’ai pas envie que la secrétaire pense que je suis complètement cinglé. Quoique… Je suis présent dans un cabinet de psychiatre donc c’est que je suis un peu dérangé quelque part, elle doit très certainement en voir d’autres des comme moi, mais je n’ai pas envie de lui donner cette satisfaction. Ouais je suis sûr que c’est une connasse qui raconte les comportements bizarres des patients à son mari une fois de retour à la maison tellement ils ont rien à se dire d’autre. Merde je suis trop méchant et mesquin. Je suis une bitch au masculin quand je m’y mets.

Heureusement je suis vite tiré de mes pensées de connard et de l’actualisation des réseaux sociaux toutes les trois secondes puisque j’entends qu’on m’appelle. Bizarre. J’ai l’impression de connaître cette voix. Je n’oublie jamais les voix que j’entends et c’est sans doute parce que je suis grave bon dans ce domaine étant donné que j’étais dans un groupe à succès – ha ha comment je me la pète en vrai, ta gueule Juan. Je me racle la gorge et range mon portable au moment où je porte le regard sur le psychiatre qui me fait face et… j’ai la sensation que la vie se fout complètement de ma gueule. Je savais bien que je connaissais cette voix ! Putain ! Mais c’est pas possible…

En entrant dans son cabinet, je le frôle légèrement et forcément je pense à cette nuit que nous avons passé ensemble et de nos corps nus qui ont fait bien plus que se frôler. Un rictus étire mes lèvres alors que je repense à cette soirée en me disant quand même que ça va être bizarre. Je devrais faire un sondage sur twitter genre : vous êtes-vous déjà tapé votre médecin/psy bien avant de le rencontrer dans le cadre professionnel ? Pas sûr d’avoir beaucoup de réponses positives mais je me dis que je dois pas être le seul dans cette situation.

Je remarque que Raphaël n’est pas si détendu que ça. Moi, étrangement, je suis plutôt zen. Dans le fond, je me dis que ça peut me servir cette histoire. Je ne sais pas encore comment mais je trouverais puisque je trouve toujours. Il n’avait pas prévu ça ? Ouais, tu m’étonnes… « Ouais moi non plus à vrai dire. » Je hausse un sourcil en le regardant toujours, sans la moindre envie de détourner le regard, sans la moindre gêne perceptible. « Mais au moins on gagne du temps sur les présentations. » Je marque une pause et incline la tête. « Enfin… Vrai qu’on s’est pas dit grand-chose à part des ‘j’te paye un verre ?’, ‘je t’invite à en prendre un dernier chez moi ?’ et ensuite je vais m’abstenir de reproduire nos gémissements, râles et autres soupires de plaisirs. La secrétaire ne le supporterait pas. » Annoncé-je d’une voix calme, tranquille, mais super sérieuse en même temps. Ouais j’connais pas trop la gêne. J’ai du me blinder contre ça avec la presse people.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Re: we only part to meet again - raphaël. ϟ


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Départ pour la Finlande!
» Entraînement au départ triathlon...
» [Blog] Un petit salut de ma part
» Départ anticipé.
» CC EDHEC 43e edition 2011 Départ le 01/04/2001 à 13h00 GMT en équipage

we only part to meet again - raphaël.
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
I DARE YOU :: paris se réveille quand les cloches sonnent :: Paris Ouest